DR MISHAL BRUGGER, NOUVEAU CHIRURGIEN ESTHéTIQUE

Un nouveau chirurgien esthétique rejoint la Clinique La Prairie, le Dr Mishal Brugger.

Dr. Mishal Brugger pratique la chirurgie esthétique depuis 20 ans. Après ses études de médecine à Lausanne, suivies de 2 années de pratique en chirurgie générale au CHUV, il a été admis au centre de formation du Professeur Pitanguy* au Brésil en 1997, pour 3 ans de post-graduation en chirurgie plastique dans son service à l’institut Carlos Chagas. De retour en Suisse et après une année de formation complémentaire à Zurich, le Dr. Brugger s’installe en tant qu’indépendant à Lausanne.

Depuis le mois d’octobre, il a été accrédité à la Clinique La Prairie et rejoint notre service de chirurgie esthétique (voir service de chirurgie esthétique).

Nous avons profité d’une de ses visites pour lui poser quelques questions sur son approche.

Pourquoi avez-vous choisi le domaine de la chirurgie esthétique ?

Pendant mes études de médecine, j’ai pu faire un stage de 6 mois à l’Hôpital Groote Schuur à Cape Town, dans le service d’un chirurgien plasticien. La chirurgie était un objectif professionnel ; mais la chirurgie plastique est devenue ma passion.

Ma post-formation à Rio, et notamment mon contact avec le professeur Ivo Pitanguy, m’ont permis de préciser mon orientation, à savoir essentiellement vers la chirurgie esthétique.

Au-delà de l’acte chirurgical, j’ai besoin de bien comprendre les motivations des personnes qui viennent me consulter. C’est une partie essentielle de mon approche : trouver la meilleure solution pour mon patient. Je fais l’exercice de me mettre à sa place pour bien comprendre sa problématique et son souhait et ainsi assurer la meilleure qualité de prise en charge possible.

C’est un métier qui demande beaucoup de précision, d’explications des risques, mais aussi de modestie lorsqu’il s’agit d’un cas à traiter en collaboration avec un collègue spécialiste d’une discipline complémentaire. Enfin, il faut savoir dire non lorsque la demande formulée, voire exigée, devient irraisonnable.

Quelle sont vos spécialités ?

La chirurgie esthétique des seins, la médecine et la chirurgie esthétique du visage, les rhinoplasties et otoplasties, la lutte contre les surcharges pondérales avec lipoaspirations après une cure d’amaigrissement et finalement  la collaboration avec des chirurgiens d’autres spécialités pour assurer un résultat esthétique de leur intervention.

Grace à un passage en Russie et de longs processus d’autorisation,  je suis aujourd’hui un chirurgien approuvé par l’Etat russe. Ceci est un gage de qualité et me permet d’avoir une très bonne compréhension des attentes de nos clients russes.

D’après vous, quel est le lien entre chirurgie et médecine esthétique ?

Ce sont deux disciplines complémentaires. La médecine esthétique donne dans certains cas des résultats très satisfaisants comme l’amélioration de la qualité cutanée, mais ne peut remplacer une intervention chirurgicale en cas de problèmes plus importants. Il est évident que les coûts sont différents au vu des prestations et infrastructures nécessaires.

Pour moi, l’approche doit être globale et combiner les deux traitements.

Parlez-nous d’une nouvelle technique / tendance en chirurgie esthétique qui d’après vous a beaucoup de potentiel ?

Actuellement se développe un potentiel important dans le domaine des traitements à base de cellules souches. Je fais partie des quelques médecins suisses accrédités à la « Swiss Stem Cell Foundation », me permettant d’utiliser les cellules souches à but de traitements esthétiques.

Par exemple, nous pouvons traiter la graisse issue de lipoaspirations, en extraire les cellules souches et les injecter sous la peau pour la revitaliser. Les résultats sont très prometteurs! De nos jours, nous pouvons traiter la peau, prochainement nous pourrons traiter l’arthrose et dans quelques années, nous pourrons certainement traiter les organes dans des cas de maladies. Il y a un grand potentiel lié à ces cellules souches, surtout sachant qu’elles peuvent être stockées pendant 10-30 ans et ainsi permettre des traitements plus tard dans le temps.

Comment voyez-vous l’évolution de la chirurgie esthétique ces prochaines années ?

Au-delà des améliorations permanentes du savoir-faire, se développent également des nouvelles méthodes et techniques, comme par ailleurs dans les autres disciplines médicales.

À l’époque, on procédait à une chirurgie, on enlevait les fils et c’était terminé. Aujourd’hui grâce à la médecine esthétique, de meilleurs produits et de nouveaux équipements, le suivi du patient avant et après l’opération, donne de meilleurs résultats.

Quel rôle prend la Suisse dans cette évolution de la chirurgie esthétique ?

Au même titre que la qualité du système de santé suisse est de renommée mondiale, celle de la chirurgie esthétique est reconnue comme une des meilleures. Dans ma pratique par exemple, nos valeurs  sont réellement d’apporter un service de qualité et en toute transparence. Le dialogue avec le patient nous est très important.

La Suisse doit rester exemplaire et garante d’une éthique de haute qualité.

C’est ainsi que nos prestations et nos infrastructures resteront très appréciées, tant par la patientèle suisse qu’étrangère.

Découvrez le profil du Dr Brugger sur notre site internet:

Dr. Mishal Brugger

 

* Le fameux Prof Pitanguy, chirurgien brésilien de notoriété internationale et auteur de nombreux ouvrages grand public sur la chirurgie esthétique. Ce dernier a opéré de nombreuses célébrités, personnalités politiques et sportives et l’école de chirurgie plastique, qu’il a fondé en 1963, forme des chirurgiens du monde entier.